Séminaire théorique Conférence du Séminaire général de critique génétique (ITEM). 17 octobre 2017, 17h00 - 19h00, Amphithéâtre de PSL
L’Œuvre comme processus.
L'Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, CNRS-ENS) est heureux de vous inviter à la première séance du Séminaire général de critique génétique 2017-2018 le mardi 17 octobre 2017, de 17h à 19h, pour la présentation du livre « L’Œuvre comme processus », par Pierre-Marc de Biasi (ITEM) et Anne Herschberg Pierrot (Université Paris VIII)
Dans le prolongement des deux précédents congrès internationaux (1987, 1998), la rencontre dont les Actes s’intitulent L’Œuvre comme processus (Cerisy, 2010) s’est donné pour mission d’établir un état présent des travaux et une cartographie intellectuelle de la « critique génétique », discipline née du « moment théorique » des années 1960-70, institutionnalisée par la fondation de l’ITEM en 1982 et qui constitue l’une des principales innovations de ces quarante dernières années dans les méthodes d’approche de la littérature et de la création.
Le Congrès de 2010 qui a réuni une soixantaine de chercheurs et une douzaine de nationalités a permis de présenter une image complète et détaillée des avancées et des enjeux majeurs de la génétique, dans les domaines littéraires et archivistiques qui constituent les fondements de la discipline, mais également dans les domaines, textuels ou non, relevant notamment de l’histoire de l’art et de l’histoire des sciences, en prêtant une attention particulière à de nouveaux grands chantiers : littératures francophones, peinture, architecture, photographie, cognition, informatique, édition numérique, etc.
Cette séance de séminaire, animée par Pierre-Marc de Biasi et Anne Herschberg Pierrot, présentera brièvement les axes majeurs de l’ouvrage et laissera une large place à une table-ronde, ouverte à la discussion générale, avec les contributions de Henri Mitterand, Jacques Neefs, Grégory Jouanneau-Damance. Pierre-Marc de Biasi est directeur de recherche à l’Institut des textes et manuscrits modernes qu’il a dirigé entre 2006 et 2013. Il y est actuellement responsable de l’équipe « Histoire de l’art ». Plasticien, écrivain, il est notamment l’auteur de nombreux ouvrages sur Flaubert ainsi que de livres de référence sur la génétique des textes. Il a reçu en 2010 le prix de la critique de l’Académie française et le prix Le Point de la biographie pour son livre Gustave Flaubert : une manière spéciale de vivre paru en 2009 chez Grasset. En 2015, il a dirigé avec Anne Herschberg Pierrot un numéro spécial de la revue Littérature intitulé « Génétique : les chemins de la création ».
Professeur à l’université Paris 8, Anne Herschberg Pierrot a été directrice adjointe de l'ITEM de 2006 à 2013 et responsable de l’équipe Flaubert avec Pierre-Marc de Biasi de 2006 à 2015. Ses publications sur Flaubert portent principalement sur les stéréotypes et les idées reçues (édition du Dictionnaire des idées reçues au Livre de Poche, 1997), et sur Bouvard et Pécuchet dont elle prépare une édition avec Jacques Neefs pour la Pléiade. Sa recherche en génétique concerne l'interaction du style et de la genèse, et l’esthétique de la création en littérature et en art (Le Style en mouvement, 2005). En 2012, est paru sous sa direction Flaubert, l’empire de la bêtise. Les responsables du Séminaire général de critique génétique : Nathalie Ferrand (nathalie.ferrand@ens.fr) et Franz Johansson (franz.johansson@paris-sorbonne.fr).
Séminaire théorique ENS - 13 octobre 2017 - 14h30-17h30
Introduction théorique : écriture littéraire et exogenèse
Dans le cadre du séminaire avant/inter textes, inter/avant textes : génétique et intertextualité organisé par Kora Véron, pour l'équipe Manuscrits francophones, ITEM (CNRS-ENS) dirigée par Claire Riffard.
École normale supérieure 45, rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Celan.
Festival du 6 au 8 octobre 2017
Festival du Livre de Mouans-Sartoux 2017
SAMEDI 7
13h30-13h50 : Entretien avec Cyril Dion
livre : Imago, Actes Sud
durée : 50 min
Lieu : Strada 1

14h30-16h00 : Entretien avec Peter Brook
Lieu : esplanade du château

16h30-17h30 : Entretien avec Amos Gitaï
film : A l'Ouest du Jourdain
Lieu : Strada 4

DIMANCHE 8
10h30-11h20 : Entretien Jeanne Benameur
livre : L'enfant qui, Actes Sud
Durée : 50 min
Lieu : Strada 5

13h30-14h50 : Débat sur l'Etat Islamique avec Myriam Benraad et Youssef Souleimane
livres : L'EI pris aux mots de Myriam Benraad, Armand colin
Loin de Damas de Youssef Souleimane, Le temps des cerises
Durée : 1h20
Lieu : strada 5

15h-15h50 : Débat avec Ernest Pignon Ernest et André Velter
livre : Ceux de la poésie vécue de Ernest Pignon Ernest et André Velter, Actes Sud
Durée : 50 min
Lieu : Strada 2

17h-17h50 : Entretien avec Clarence Rodriguez
livre : Arabie Saoudite 3.0 : paroles de la jeunesse saoudienne, Erik Bonnier
Durée : 50 min
Lieu : Strada 4
Conférence Paris-Diderot le 29 septembre 2017
L’Éducation sentimentale
Quelques pistes pour relire L'Éducation sentimentale de Flaubert, aujourd'hui.
Radio Les Chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth (France Culture)
Flaubert, un cœur simple
Gustave Flaubert• Crédits : Bianchetti/Leemage - AFP
Nous pénétrons aujourd'hui avec Pierre-Marc de Biasi dans ce cœur simple, tourmenté et croyant, cœur qui s'ouvre ultimement à Loulou le perroquet, dans une relation à la fois érotique et mystique.
« Je veux apitoyer, faire pleurer les âmes sensibles, en étant une moi-même », écrivait Gustave Flaubert à propos de son conte Un cœur simple, qu'il destinait à son amie George Sand. À travers un personnage altruiste et accablé par les souffrances, la servante Félicité, Flaubert raconte aussi une histoire politique, celle de la souffrance du peuple, du « demi-siècle de servitude » d'une domestique.
« Par suite d'un refroidissement, il vint à Félicité une angine ; peu de temps après, un mal d'oreilles. Trois ans plus tard, elle était sourde ; et elle parlait très haut, même à l'église. Bien que ses péchés auraient pu sans déshonneur pour elle, ni inconvénient pour le monde, se répandre à tous les coins du diocèse, M. le Curé jugea convenable de ne plus recevoir sa confession que dans la sacristie.
Des bourdonnements illusoires achevaient de la troubler. Souvent, sa maîtresse lui disait : « - Mon Dieu ! comme vous êtes bête ! » ; elle répliquait « - Oui, Madame » ; en cherchant quelque chose autour d'elle.
Le petit cercle de ses idées se rétrécit encore, et le carillon des cloches, le mugissement des bœufs n'existaient plus ! Tous les êtres fonctionnaient avec le silence des fantômes. Un seul bruit arrivait maintenant à ses oreilles, la voix du perroquet.
Comme pour la distraire, il reproduisait le tic-tac du tournebroche, l'appel aigu d'un vendeur de poisson, la scie du menuisier qui logeait en face ; et, aux coups de la sonnette, imitait Mme Aubain, - « Félicité ! la porte, la porte ! »
Ils avaient des dialogues, lui, débitant à satiété les trois phrases de son répertoire, et elle, y répondant par des mots sans plus de suite, mais où son cœur s'épanchait. Loulou, dans son isolement était presque un fils, un amoureux. Il escaladait ses doigts, mordillait ses lèvres, se cramponnait à son fichu ; et, comme elle penchait son front en branlant la tête à la manière des nourrices, les grandes ailes du bonnet et les ailes de l'oiseau frémissaient ensemble. »
NOUVEAUX TEXTES EN LIGNE
L'aporie de la guerre juste
in Le Magazine littéraire, n°439, 2005, p.56-58
voir le texte

Le cauchemar de Proust
in Médium, n°10, « Le numérique en toutes lettres », 2007, p.125-137
voir le texte

Les archives de la création à l’âge du tout numérique
in Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 18 avril 2013. URL : http://rsl.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/rsl.314
voir le texte